Creancey

Infos pratiques

Mairie de CREANCEY
Rue de l’église
21320 CREANCEY
Tél : 03 80 90 89 28 – Fax : 03.80.90.89.71 – e-mail : mairie.creancey@orange.fr
Permanences du Secrétariat : Lundi et jeudi de 18h à 19h30
Secrétaire : Catherine GATHELIER

Nom des habitants « Crescentiais(e)», cette appellation daterait de l’an 946 et viendrait de Crescentiacum.

Le village de CRÉANCEY comprend le bourg avec le château, l’église, la mairie, l’école. Il compte aussi trois hameaux: Panthier qui a donné son nom au barrage, la Lochère (écrite aussi la Lauchère) et Baume dominé par les belles roches dominant l’A38 et desquelles se détachent deux « moines ».

  • SUPERFICIE :
    1671 ha Altitude en plaine : 378 m Point culminant : 572 m
  • POPULATION :
    en 1397 : 34 feux            en 1461 : 62 feux             en 1728 : 610 habitants
    en 1786 : 718 habitants    en 1836 : 950 habitants    en 1896 : 502 habitants
    en 1999 : 370 habitants    en 2006 : 482 habitants
Le village de Créancey Les Roches de Baume

CONSEIL MUNICIPAL :

Maire : CHAPOTOT Jocelyn
Premier adjoint : GIRARD François
Deuxième adjoint : LUCOTTE Jean-Marc
Troisième adjoint : CHOPIN René

Quatrième adjoint : QUIGNARD Jean-Pierre

Conseillers municipaux :
MORTIER Céline
DESBOIS Charline
MANIERE-DRZAZGA Eliane
CORNESSE Jean-Pierre
GIRARDIN Carine
BELORGEY Fabien
MAURICE-LUCOTTE Roseline

PAUVERT Yohann

MENETRIER Adrien

PAJOT Marc

La mairie

SALLE POLYVALENTE

  • Dimensions : 8 m x 16 m soit 128 m2
  • Tarif de location : 270 € pour un week-end (Vaisselle comprise).Un supplément de gaz pour l’eau chaude, la gazinière et le chauffage en hiver sera facturé suivant consommation.
  • Capacité d’accueil : 150 places assises – 300 places debout
  • Mobilier : 152 chaises et 38 tables rectangulaires démontables ( 4 personnes ) sont mises à disposition. – Il y a également 16 tables rondes démontables – diamètre 1,53 m – pour 8 personnes.
  • Cuisine : Son équipement se compose : d’une grosse gazinière avec four – d’une plonge avec 2 grands bacs – d’un lave-vaisselle de type collectivité – d’un chauffe-plat de type collectivité – de deux grands réfrigérateurs – d’un congélateur de 400 litres – d’une étuve
  • Autres équipements : La Salle polyvalente de CREANCEY est dotée d’une scène, d’un accès internet, d’un espace-pelouse côté cour, d’un grand parking ainsi que d’un tennis municipal à proximité (location du court indépendante de la salle).
Salle polyvalente

TENNIS MUNICIPAL

Le court de tennis municipal, face à la Salle polyvalente, a été construit en 1990 puis rénové et aménagé en terrain multisports en 2008. Il est ouvert tous les jours de 8 heures à 22 heures. Ticket horaire de location : 4,60 €

LES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES

CRÉANCEY a su tirer profit des voies de communication récentes : A6 PARIS-LYON, et A38 POUILLY-DIJON.
Les activités se partagent en :

  • Zone artisanale : DIJON BETON – SHOPI – Garage ESPACE AUTOMOBILE POLLIEN – TRANSPORT MULTIBENNE – Entreprise de bal DIAM’S – AGRO SERVICE 2000
  • Zone d’activités « Les Portes de Bourgogne »: Menuiserie aluminium PRODAL CHEVALIER – ETAP’ HOTEL – Garage Renault POUILLY AUTOMOBILE et Garage Toutes Marques – COURTE PAILLE – MOTEL BALLADINS – WELDOM – ESPACE POIDS LOURDS – HOTEL D’ENTREPRISES – POLE AGRICOLE – LEADER PRICE – C.T.S. CREANCEY Taxi Service – ACL EXPO – ECHB
  • Autres entreprises : Imprimerie PUBLI-AUXOIS –Maçonnerie Couverture BEUTEAU – Electricité : POULLEAU Alain. Peinture : SAUNIER Christian. Taxi : COL
  • Activités touristiques avec le canal couvert, le barrage de Panthier : pêche, voile, baignade.

LES VESTIGES

CREANCEY est dominé (altitude : 534 m) par la statue de St Etienne, rénovée en 1997 (grâce au dévouement d’une association de bénévoles).
Elle fut érigée en 1872 en mémoire de Etienne de MONTILLE, fils des châtelains de la commune tombé au siège de Metz en 1870.

Le site dispose d’une aire de pique-nique, d’une table d’orientation et d’un parking. A proximité de cette statue, sous le rebord du plateau calcaire, on a retrouvé des vestiges qui donnent à penser qu’à cet endroit a pu se constituer un lieu de refuge ou d’habitation en des périodes antérieures à l’occupation romaine.

Courtépée, en 1848, écrivait : « Au sommet de la montagne, vieille tour carrée qui avait trois étages, 10 fenêtres, 2 cheminées…
De cette tour à demi ruinée, qu’on regarde comme l’endroit le plus élevé de la Bourgogne, on a une vue admirable de trois côtés. Elle n’est ni gauloise, ni romaine pour la construction.
D’habiles gens, qui ont soigneusement examiné le local, présumaient qu’elle était jadis destinée, par les feux qu’on y allumait lors d’un évènement intéressant, à annoncer les nouvelles d’une ville à une autre. Par de pareils signaux placés à CHATELLENOT, CHARNY, THIL, BARD et SIVRY, on pouvait savoir en une heure d’ALISE à AUTUN… ce qui s’y passait. » (p.62, tome IV) C’est sur cet emplacement que fut érigée la statue de St Etienne.

La Chapelle St Etienne

L’ÉGLISE

L’église de CRÉANCEY domine le bourg. Elle date du XV° siècle. Sa nef a du être reconstruite en 1870 et son clocher en 1874.
L’Église de CRÉANCEY est de style néo-gothique dédiée à Saint SYMPHORIEN- Choeur du 14e siècle classé ainsi que les deux chapelles du 15e et 16e – Plaques funéraires des seigneurs DE COMEAU dans le choeur de l’église.

Dans la chapelle seigneuriale de l’église sont inhumés Antoine DE COMEAU de la SERREE ; Henri, Mort au siège de LIEGE en 1667 ainsi que le coeur de Pierre, fils d’Antoine mort en 1685. La corniche du choeur est décorée de têtes ou figurines très intéressantes. On peut y voir une élégante piscine avec choux et accolade.

La cure fut construite en 1773. A son propos M TRENEY écrit: « La cure de Créancey, qui avait été acquise par Denis TAINTURIER en 1791, fut rétrocédée par lui à la commune, par son testament du 19 mars 1824, avec réserve de 24 messes basses par an, à perpétuité, à la chapelle de Panthier.
Ces 24 messes ont été réduites, sans doute, par convention entre les héritiers et la commune, à 12, qui se disent encore. »

L'église
Le château ARMOIRIES

LE CHÂTEAU

Le château, que contourne la petite rivière de Baume, fut construit avec colonnade sur la façade et un grand parc par Antoine COMEAU, Gouverneur de NUITS, en 1650.
« Les COMEAU étaient originaires de POUILLY, où ils occupaient déjà un rang distingué dès 1368. On leur doit la fondation de l’hôpital de ce bourg » (d’après la monographie de M TRENEY en 1899). Un moment quelque peu délaissé, le château a été entièrement rénové.

Du XV° siècle nous est resté aussi un beau colombier d’un diamètre de 9 m avec des murs épais à la base de 1,10 m. « La toiture en laves est surmontée d’un élégant lanterneau couvert de zinc patiné »(d’après J-F BLIGNY). La commune a construit aussi sa maison commune en 1855 et deux lavoirs publics en 1868, l’un à Créancey et l’autre à Baume.

ARMOIRIES

Elles représentent les roches de Beaume (falaises) – La tour de la chapelle Saint Etienne construite à l’emplacement d’une tour féodale qui elle-même avait remplacé une tour romane. Les comètes représentent les armes des COMEAU, seigneurs de CRÉANCEY aux 17e et 18e siècles. Par analogie, la première syllabe du nom COMEAU a servi à forger le mot « comète » pour rappeler le patronyme des seigneurs. L’eau a été surmontée d’une couronne murale à trois tours qui symbolise la commune (Les chefs-lieux du département ont droit à 4 tours – Paris en a cinq). Les épis de blé symbolisent l’économie rurale locale.

PERSONNAGES CÉLÈBRES

Le premier seigneur de CRÉANCEY…, est Mahaud de BELLEUX, qui vendit ce fief à Hugues IV, Duc de Bourgogne, en 1235…

En 1442, la seigneurie de CRÉANCEY était possédée par Jacques Pot, seigneur de la Roche… Son fils, Philippe Pot…, était grand Sénéchal de Bourgogne… Il fut un des grands orateurs des Etats Généraux de 1484, qui décernèrent la Régence à Anne de BEAUJEU, à la mort de Louis XI. C’était un homme dont les idées devançaient son siècle. Dans un discours… il dit en substance : « Que la royauté n’est pas un héritage, mais une fonction ; que le pouvoir royal émane du peuple, et que le roi doit rendre compte de son administration aux représentants de la Nation ».

On peut toujours s’interroger sur ce qu’aurait pu en penser le Roi Soleil deux cents ans plus tard. C’est ce même Philippe Pot qui affranchit les habitants de CRÉANCEY en 1461.

Edme LUCOTTE, enfant du pays, fils de l’instituteur, s’engagea en 1792 comme volontaire. Il est devenu lieutenant général et Comte d’Empire. « Il fut longtemps attaché au Roi Joseph, qu’il suivit à Naples puis en Espagne. Lors de l’invasion de 1814, il commandait une division de l’armée de Marmont, sous PARIS. Et à la défection d’Essonne, il refusa d’obéir aux ordres de son chef, et s’illustra par un ordre du jour où il disait à ses soldats : « Les braves ne désertent.

Baume Panthier

LE CANAL DE BOURGOGNE

Le Canal de Bourgogne a été construit de 1822 à 1832. Il traverse la Commune de CRÉANCEY – Il est couvert sur une longueur de 3333 m depuis le bassin de POUILLY – La visite guidée du tunnel de POUILLY EN AUXOIS au Bassin d’ESCOMMES s’effectue grâce à un bateau électro-solaire

LES CARRIERES

CRÉANCEY a exploité près des roches de Baume une carrière de tuf. Mais le percement du tunnel du canal et la construction de la voûte avec ses puits d’aération a donné l’occasion à l’ingénieur LACORDAIRE (frère du prédicateur de FLAVIGNY) de découvrir des couches de calcaire pouvant produire un excellent ciment à prise rapide vers 1825. Ce ciment s’appela « ciment romain de Pouilly en Auxois, fabrication Lacordaire » (d’après J-F BLIGNY). Ce type de ciment a beaucoup été utilisé aux travaux hydrauliques : ports de BOULOGNE, CALAIS, St NAZAIRE… L’exploitation sur CRÉANCEY s’est arrêtée vers 1880, il en reste un lieu-dit « Vieux Ciment ».

LE CULTE

Comme la plupart des villages de Côte d’Or, CRÉANCEY qui avait église, chapelle et cure ne dispose plus de prêtre à demeure et dépend de la paroisse de POUILLY-EN-AUXOIS.

L’ÉCOLE

CRÉANCEY possède encore deux classes en son école. Les instituteurs ont souvent été secrétaires de mairie. Mais avant l’obligation scolaire, le village a eu bon nombre d’instituteurs, nommés à l’époque recteurs d’école comme: Jean CLEMENCET, Jacques DORET, Pierre MEUSSOT, Jean-Baptiste LUCOTTE (aux XVII et XVIII° siècles). Ils étaient agréés dans la paroisse par le curé, assisté des habitants réunis à cet effet. Ils louaient leurs services par un traité dont les conditions se débattaient entre les parties et ordinairement pour 3, 6 ou 9 années. Voici la substance d’un de ces traités pour CRÉANCEY « En 1766, les habitants de Créancey firent des conventions avec le nommé LUCOTTE, recteur d’école, pour 6 ans. Ils lui accordèrent un traitement de 100 livres, plus les mois des enfants, et les rétributions à l’église. En 1771, ce recteur demanda une augmentation à cause de la cherté des denrées. Les habitants s’assemblèrent, et pour témoigner à leur recteur le contentement qu’ils avaient de ses services, ils renouvelèrent les conventions pour 9 années, et augmentèrent son traitement de 30 livres par an, à ajouter à la taille au marc le franc, savoir : 15 livres par les habitants de Créancey et la Lauchère, 8 livres par les habitants de Baulme, et 7 livres par ceux de Panthier » (notes des archives de la Côte d’Or).

LE RÉSERVOIR DE PANTHIER

C’est le second en importance, mais le ler en étendue des 5 réservoirs créés aux environs de 1830 pour l’alimentation du canal de Bourgogne. Sa profondeur ne dépasse pas 14 m. Il est de forme à peu près circulaire et ses bords sont plats. Sa digue est construite en terre. La retenue a été constituée latéralement sur un des flancs de la vallée et non sur toute la largeur, ce qui paraissait lors de sa construction une gageure.

LA RIVIERE

La « Vandenesse » prend sa source à Beaume (Source de Jeute) et traverse le village de CRÉANCEY jusqu’au hameau de La Lochère.